Presque 30 ans plus tard, j’ai tendance à penser, bien trop rapidement, que la musique des années 80 a été, globalement, peu intéressante.
Et, depuis que j’ai commencé ce blog, j’ai tenté de démontrer le contraire*, et même si cette section des années 80 apparaîtra, à terme, moins fournie que les autres décennies, il y a encore suffisamment de belles choses pour m’occuper.
Ainsi ce « Rattlesnakes », premier album et coup de maître de Lloyd Cole, auteur, chanteur et guitariste anglais, accompagné alors des Commotions (Stephen Irvine, batterie, Neil Clark guitares et compositeur de la chanson qui nous occupe, Lawrence Donegan, basse, Blair Cowan, claviers).
L’album fut enregistré rapidement, sous la direction de Paul Hardiman, pour peu d’argent, mais un (demi)-orchestre à cordes fut tout de même de la partie, dont les arrangements sont dus à Ann Dudley.
Cet album est parfait, il n’a pas pris une ride**. Il faut saluer la pertinence des arrangements et de la production, la qualité des textes et des musiques, la voix bien timbrée de Lloyd, les influences bien digérées (Dylan, Velvet Underground, Byrds). Si vous interrogez aujourd’hui quelqu’un qui avait 20 ans en 1984, il y a de grandes chances qu’il vous cite « Rattlesnakes » comme étant son album préféré, tant il a rassemblé autour de lui une génération qui ne se reconnaissait pas dans les autres artistes qui avaient pignon sur rue à ce moment-là. Et même d’une autre génération, comme vous pouvez le constater en lisant la prose de votre serviteur…
____________________________________________________________________________________
* »Black Sea » de XTC, « Remain In Light » des Talking Heads, « English Settlement » de XTC, « 4 » de Peter Gabriel, « Everywhere At Once » des Plimsouls, et de nombreux autres…
**même si la fameuse rime « read Norman Mailer, or get a new tailor » peut paraître un peu ridicule.

Print Friendly, PDF & Email