Vous commencez à vous familiariser avec le style d’Astronauts, nom de groupe derrière lequel se cachent Dan Carney et quelques amis.

Leur End Codes de 2016 est une mine inépuisable, et vous avez pu lire ce que je pense du single qui avait annoncé cet album*.

Dan travaille sur la durée et la répétitivité, et « Recondition » est bâti autour d’un petit riff à la guitare acoustique qui tourne en boucle (par la magie de l’électronique). C’est ce mariage savant de sonorités acoustiques (guitare et piano) et électroniques qui singularise le son d’Astronauts, et le rend inimitable, d’autant que Dan y ajoute une voix de miel (souvent doublée), qui me fait un peu penser, non par le timbre, mais par l’approche, à Robert Wyatt.

Et ceux qui pensent un peu trop rapidement qu’il est facile de remplir 6 minutes de musique avec une boucle de guitare, feraient bien d’écouter attentivement la façon dont Dan construit et enrichit sa musique, jamais ennuyeuse ou superflue, fruit d’un travail d’orchestration et de production qui fait qu’Astronauts possède un son reconnaissable entre mille, et dont je ne saurais plus me passer, surtout lorsque j’ai besoin de lutter contre le bruit du monde. J’espère qu’il en est de même pour vous.

*Voir « Civil Engineer ».

Print Friendly, PDF & Email