Voilà quelque chose d’assez singulier, sur cet album, A Salty Dog, leur troisième, celui dont la thématique est tournée vers l’élément marin*, et, au-delà de ça, une chanson comme on en croise assez peu dans l’ensemble de la discographie du groupe.

Signée, ce n’est pas fréquent, par Brooker, Reid et Robin Trower, son caractère très acoustique tranche avec l’ordinaire du groupe. Guitare acoustique de Robin, Fender Rhodes joué par Brooker, absence du batteur, B. J. Wilson, orgue bucolique de Fisher, et la voix de Brooker qui a abandonné son grondement bluesy pour un positionnement folk qu’il assume avec une compétence touchante.

«There’s you, you’re sleeping over there

Whilst me I’m sitting here

With so much sea between us

I can’t make it more clear…»

On reconnaît la « patte » de Keith Reid et son goût pour les métaphores. La mer est l’immense élément qui sépare deux êtres qui s’ignorent, quoique vivant l’un avec l’autre.

«Il y a toi, tu dors là-bas

Pendant que moi, je suis assis ici,

Avec tellement de mer entre nous

Ça ne peut pas être plus clair »**

Ouvert par l’une des plus grandes chansons jamais écrites***, A Salty Dog est un des albums qui font honneur à la musique populaire du siècle dernier.

*Voir « All This And More », ainsi que tout ce qui concerne ce groupe.

**traduction personnelle.

***Voir ma chronique « A Salty Dog ».

Print Friendly, PDF & Email