C’est bien sûr Paul Simon qui est l’auteur et le compositeur de cette splendide chanson, chantée par Art Garfunkel, et qui figure sur leur Paisley, Sage, Rosemary And Thyme (1966). Reprise par d’innombrables artistes, seule la version des Czars se hisse au niveau de celle de Simon & Garfunkel.

J’aurais dû dater cette chronique de l’année 2000, car “For Emily, Whenever I May Find Her” est parue initialement sur un single des Czars, Val. Heureusement, Bella Union a eu la bonne idée de faire figurer la chanson (le titre est désormais amputé, mais la chanson ne l’est pas, le mixage est légèrement réactualisé) sur la compilation que j’ai déjà évoquée*, Sorry I Made You Cry.

Quoi qu’il en soit, The Czars respectent assez fidèlement la version originale, et s’il y a bien un chanteur, aujourd’hui, qui peut se mesurer avec la voix d’Art Garfunkel, c’est, sans conteste, John Grant. La 12-cordes de Paul Simon est remplacée par les guitares de Roger Green, délicatement électrifiées, et le tempo est un peu ralenti. La beauté dans l’une de ses expressions les plus abouties !

*Voir ma chronique “Song To The Siren” par The Czars.

Print Friendly, PDF & Email
Article recommandé pour vous :  Round The Bend, Beck