Non, il ne s’agit pas de la chanson de Paul McCartney qui figure sur le double-album The Beatles (1968), mais j’aime beaucoup ce très joli premier album du Britannique Findlay Brown, qui vit, compose, écrit à Brooklyn, en ce moment, et vous pourrez constater, si vous écoutez ce disque, que le rapprochement avec le quatuor de Liverpool n’est pas totalement infondé.

Findlay est, bien évidemment, un poly-instrumentiste accompli, qui fait à peu près tout sur ce Separated By The Sea, produit par Simon William Lord. Il a, en plus, une voix très agréable, qu’on dirait faite pour nous chanter ces ballades  américano-anglaises, souvent inspirées par l’élément marin.

Ainsi en est-il de cette première chanson de l’album ─ dont le sous-titre est « Vaisseau Fantôme » ─ qui ne prétend en rien révolutionner la forme folk immémoriale, mais qui la délivre avec un talent, une douceur, une délicatesse remarquables. On ne sera pas étonnés que les références principales de Findlay soient américaines, puisqu’il cite Crosby, Stills & Nash, The Band et Jackson C. Franck.

Il est donc presque inutile de dire qu’au-delà de la chanson très réussie que je vous présente, Separated By The Sea est un album très talentueux, mélancolique à souhait, inspiré à Findlay par le départ en Amérique d’une certaine Marie, un album de séparation, donc, évènement dont on sait depuis toujours qu’il est le creuset des réussites artistiques les plus éclatantes.

Print Friendly, PDF & Email