Et non « See My Friend » comme l’indiquait fautivement la première édition du simple anglais, sorti en juillet 1965, avec « Never Met A Girl Like You Before » en face B.
Non contents d’avoir inventé le hard-rock*, les Kinks, plusieurs mois avant le « Norwegian Wood » des Beatles, introduisent dans un morceau pop, une guitare accordée différemment et qui imite la tonalité d’un sitar, une guitare électrique 12-cordes, dont j’aime à penser qu’elle est inspirée par les Byrds, et des gammes qui sonnent un peu comme un « raga ».
Cela donne à cette belle chanson, produite par Shel Talmy, assez unique dans la discographie des Kinks, un parfum psychédélique tout à fait en phase avec l’époque, mais, qu’à ma connaissance, peu d’artistes avaient exploré.
Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle « See My Friends » est particulièrement chère au cœur de Ray Davies qui l’a composée et écrite ; Ray, qui raconte en avoir eu l’inspiration au cours d’une escale à Bombay, l’a écrite en souvenir de sa sœur aînée, Rene, décédée d’une malformation cardiaque quand il avait 13 ans. C’est elle qui lui avait offert sa première guitare

Print Friendly, PDF & Email