Eh bien, je persiste et signe. Au-delà de la mode, des paillettes, de la hype, du glamour, j’ai été touché par cette chanson de Lana Del Rey. On ne peut pas évoquer de cette façon une relation homosexuelle, ainsi que le suicide, en n’étant que le jouet d’un producteur habile ou d’une industrie du disque à la dérive qui ne sait plus quoi faire pour vendre ses « produits ». Lana Del Rey avait du talent, à cette époque, et peu importe si ça s’est gâté, par la suite.

La production ne lésine pas sur l’aspect « romantique » de l’orchestration, avec force cordes et clochettes, et l’accueil critique a parfois été sévère, cependant cette mélodie en mode mineur fait son chemin, s’impose, sans doute parce que , dégagée des fioritures et des enjolivements, on sent chez Lana Del Rey, une « volonté de musique », laquelle lui permet de se faire pardonner les évidentes concessions qu’elle fait à la mode et au commerce.

 

Print Friendly, PDF & Email