Il faut bien, non pas avouer, mais revendiquer, que la plus grande partie de mes goûts ou influences musicales est ancrée dans ce que l’on appelle le rock progressif, ce depuis le choc inaugural d' »Ars Longa Vita Brevis » (1968) des Nice.*
J’ai aimé et j’aime toujours Soft Machine, King Crimson, Yes, Jethro Tull, Emerson, Lake & Palmer, Procol Harum, pour n’en citer que quelques-uns, sans oublier les incomparables Gentle Giant, et, chez nous, Magma.
Le punk a tué la musique prog, mais celle-ci, tel un phénix va renaître sous des formes différentes, et le groupe anglais Haken fait partie des jeunes pousses (il s’est formé en 2007) les plus intéressantes de ce style.
Preuve en est donnée par cet album, leur troisième, « The Mountain », passionnant de bout en bout, mais dans lequel j’ai choisi de privilégier cette chanson, « Because It’s There », qui va probablement vous faire remettre en question l’étiquette « prog-metal » derrière laquelle on range le plus souvent Haken. Il faut se méfier des étiquettes !
« Because It’s There », qui est la 5ème chanson de cet album, reprend d’ailleurs la mélodie de la chanson d’ouverture de l’album, « The Path », que je vous conseille d’écouter préalablement.
Mais elle la reprend d’une façon que n’auraient pas renié Gentle Giant, voire Freddie Mercury.
En effet les premiers couplets sont chantés a cappella, d’abord par le seul Ross Jennings, le chanteur d’Haken, puis par tout le groupe, suivant une technique d’écriture contrapunctique. La suite de la chanson, d’une facture plus traditionnelle, permet d’apprécier la virtuosité instrumentale de tout le groupe dont il convient de citer les membres, à commencer par le guitariste, Richard Henshall, qui écrit toute la musique, Charlie Griffiths, guitare solo, Thomas MacLean, bassiste, qui quittera le groupe après la sortie de « The Mountain », Diego Tejeida, claviers, et le batteur, Raymond Hearne, par ailleurs auteur des paroles de « Because It’s There »**.
Eh bien, c’est fait. Avec « Because It’s There » vous avez prêté une oreille (voire les deux) à la musique progressive du XXIème siècle, tout en gardant un peu à distance le côté « metal » de ce groupe remarquable qu’est Haken. Vous êtes prêt(e) pour une exploration plus poussée, mais ce sera l’objet de chroniques ultérieures.

__________________________________________________________________

*À moins que l’acte fondateur en soit le « A Day In The Life » des Beatles sur « Sgt Pepper ».

**Je jetterai un voile pudique sur la question des textes de « The Mountain », et dans la musique progressive, en général.

Print Friendly, PDF & Email