Avant de devenir ce que l’on sait*, Coldplay avait écrit quelques chansons pas désagréables, comme “Clocks”, dont je vais vous dire quelques mots.

On trouve cette chanson sur le 2ème album de Coldplay, “A Rush Of Blood To The Head”, produit par le groupe, et par Ken Nelson.

 Carton mondial. Vingt millions d’exemplaires vendus. En général, c’est là que les ennuis commencent.

La chanson doit beaucoup tout, en fait au riff de piano imaginé par Chris Martin, qui, en effet, est plutôt bien trouvé, et suffisamment facile pour s’accrocher aux oreilles de tout un chacun, et ne plus en bouger. Cette immédiate séduction est l’un des pires dangers que court la pop musique. J’oserais presque la comparer au “coup de foudre” amoureux dont on connaît la violence et le caractère éphémère, mais que la plupart des gens ont envie de ressentir, comme s’il s’agissait d’une drogue dure. Cette phrase de piano, on a l’impression de l’avoir toujours connue, et, pire que ça, on a l’impression de l’avoir composée nous-mêmes. Et hop ! vingt millions d’exemplaires. On comprend qu’après ça, n’importe quel groupe pop essaiera, dans ses compositions ultérieures de retrouver cette formule magique, et tombera aisément dans la facilité et dans le procédé. Je crois que c’est ce qui est arrivé à Coldplay. Mais cela ne change rien au fait que “Clocks” est une chanson très agréable…

__________________________________________________________________

*Je dois vous avouer que je ne sais pas très bien ce que Coldplay est devenu, et le fait est que je m’en fiche. J’estime que leurs deux premiers albums étaient honorables. Après, il paraît que ça s’est gâté…

Print Friendly, PDF & Email
Article recommandé pour vous :  Cogs In Cogs, Gentle Giant