Je vous ai chanté les louanges d’April*(2008), 3ème album de Sun Kil Moon, probablement le chef-d’œuvre de Mark Kozelek. Fidèle à mon obsession de ces années-là**, j’ai gardé une des chansons d’April, « Heron Blue » pour plus tard, me promettant d’y consacrer une chronique lorsqu’une version en public me semblera suffisamment forte.

C’est sur Lost Verses-Live que je l’ai dénichée ; quelque chose qui soit à la hauteur du sublime texte de la chanson ; d’après ce que j’ai pu en saisir, Kozelek arrive dans la chambre « peinte en bleu héron » de cette femme qu’il a aimée et qui se meurt des effets de la drogue***.

Mark joue ce thème répétitif sur sa Silvertone à cordes nylon ; il y a de la résignation, mais également de la colère, dans sa voix ; et surtout une insondable tristesse.

Si vous voulez totalement vous immerger dans « Heron Blue », outre les versions d’April et de Lost Verses-Live, vous pourriez écouter celles qui figurent dans les disques suivants : Nights LP (2008), Live At Union Chapel & Södra Teatern (2010), On Tour : A Documentary (2011), Live At Lincoln Hall In Chicago (2011), Live At Phoenix Public House Melbourne (2012), liste sans doute non exhaustive.

*voir « Harper Road », « Lucky Man ».

**Qui m’a passé, depuis, pour des raisons dont vous pourrez trouver des échos dans les chroniques consacrées à Mark.

***Une autre chanson d’April, « Harper Road » (voir ma chronique qui porte ce titre) aborde le même thème d’un point de vue un peu différent.

Print Friendly, PDF & Email