New-Orleans ! Le funk, le swamp rock, la moiteur du bayou, et ce son musical unique que produit la Louisiane, depuis l’origine.

Les Meters sont nés en 1967, mais Art Neville jouait du rhythm’n’blues depuis le début des années 50. C’est Allen Toussaint, pianiste et producteur qui s’est dit qu’il fallait une réponse locale à Booker T & The MG’s, l’orchestre maison de Stax ; les Meters, donc, qui accompagneront le tube de Patti LaBelle, “Lady Marmalade”, et qui publient six albums, tous produits par Toussaint.

Rejuvenation est leur cinquième album*, et ce “Hey Pocky A-Way” est irrésistible, emmené par la batterie lascive de Joseph “Zigaboo” Modeliste, les claviers et la voix d’Arthur Neville, sans oublier Leo Nocentelli à la guitare et George Porter Jr à la basse**. Je vous défie de ne pas avoir envie de bouger en entendant cette pulsion qui vous prend implacablement pour vous emmener sur la piste de danse. Bien sûr, quelques années  plus tard le disco va balayer cette musique suprême en imposant une lourdeur rythmique propre à être perçue par les cerveaux rigides des Blancs. Mais, si vous voulez danser sur la musique la plus sensuelle qui soit, sur le funk le plus souple, si vous voulez, tout simplement écouter l’un des plus grands albums de toute la musique noire, procurez-vous Rejuvenation.

*Évidemment, tout l’album est un chef-d’œuvre !

**Une section de cuivres a été convoquée pour ce titre.

Print Friendly, PDF & Email
Article recommandé pour vous :  Second Hand News, Fleetwood Mac