Rock Bottom ! Classé régulièrement parmi les plus grands albums des 70’s, et ce n’est que justice. Deuxième album solo de Robert Wyatt*, il a été écrit pendant le séjour de Robert et d’Alfie à Venise. Et puis, rentré à Londres pour la réalisation de l’album, avec Nick Mason, batteur de Pink Floyd, à la production, Robert a eu la très mauvaise idée , le 1 juin 1973, de s’alcooliser plus que de raison pendant une fête, jusqu’à tomber de la fenêtre du 5ème étage de l’appartement où celle-ci avait lieu. Bilan : colonne vertébrale brisée, paraplégie, huit mois d’hôpital, lesquels lui ont laissé le temps de s’adapter à sa nouvelle situation, ainsi que de réécrire, aidé par Alfreda, l’album en préparation.

Il ne pouvait plus être batteur, il a mis son chant en avant. Et quel chant ! Une des voix les plus émouvantes du Royaume-Uni, un trésor unique venu à maturité du fait de l’incapacité motrice de son détenteur. Et pourtant, Rock Bottom évoque à peine l’accident**.

Ainsi, ce “Little Red Riding Hood Hit The Road”, longue et sublime divagation, presque entièrement instrumentale, emmenée par les claviers et la voix de Robert, propulsée par la basse de Richard Sinclair, et la superbe trompette de Mongezi Feza. Certaines parties du chant de Robert sont éditées “à l’envers”, mais curieusement, cela ne nuit pas à la compréhension du sens global du texte ─ qui reste, cependant, assez obscur ─. Le chant de Robert est suivi par un court monologue qu’on doit à Ivor Cutler. Éblouissant !

Le mariage de Robert Wyatt et d’Alfreda Benge***a eu lieu le jour de la sortie de Rock Bottom.

*Lui, dit que c’est le premier, car il a désavoué le précédent, The End Of An Ear.

**Mais, quand même, le titre de cette chanson se traduit : Le Petit Chaperon Rouge A Percuté La Route.

Article recommandé pour vous :  Black Eyed Dog, Nick Drake

***qui a réalisé tous les dessins des pochettes de l’album.

Print Friendly, PDF & Email