Ma discographie de Gravenhurst* est assez complète, et très précieuse, car c’est sous ce pseudonyme que se faisait connaître Nick Talbot, mort le 2 décembre 2014, à l’âge de 37 ans, d’une cause inconnue. Nick était un musicien rare, que je rapproche volontiers de Nick Drake, plus pour sa trajectoire météorique, et la tonalité sombre de ses chansons, que pour son style.

Écoutez, par exemple, « Nicole », qui figure sur son troisième album, Fires In Distant Buildings, et comme moi, vous ne pourrez qu’être touchés par la voix de Nick, sa sensibilité, la délicatesse de ses mélodies.

Dans cet album, où Nick est accompagné du batteur Dave Collingwood, il ose des sons plus rock, plus électriques, tendance qui s’affirmera dans son album de 2007, The Western Lands.

Nick se produisait sur scène en trio et l’un de mes grands regrets est de n’avoir jamais assisté à l’un de ses concerts, même s’il reste quelques vidéos sur YouTube**. Nick Talbot est un musicien qu’il est essentiel de ne pas oublier.

*Voir ma chronique de « Flowers in Her Hair ».

**C’est la raison pour laquelle je vous mets également la vidéo d’un concert londonien de 2013, l’un des derniers de Nick.

 

Print Friendly, PDF & Email