Beggars Banquet*. Les Stones avec Nicky Hopkins, produits par Jimmy Miller. J’écoute mon SACD de 2002 ; le son est impeccable et je laisse la version vinyle aux masochistes, et en plus de ça, la pochette représente les murs de chiottes graffités qui avaient été censurés dans les 60’s. Que du bonheur !

La chanson est écrite par Keith, et certains pourraient s’étonner de cette ballade pensive et contemplative, surtout si on la compare aux autres chansons de Beggars Banquet. Mais je sais que Keith est un grand sentimental ! Ce qui est remarquable dans “No Expectations”, c’est la partie de bottleneck de Brian, qui n’était pourtant pas très frais, la plupart du temps, et qui jetait là ses tout derniers feux. Et il y a aussi les magnifiques interventions de Nicky Hopkins au piano.

Je possède également “No Expectations”, dans une édition monophonique, sur la compilation The Rolling Stones Singles Collection – The London Years (1989), ainsi que sur le cd-dvd du Rock n’ Roll Circus. J’ai vu Mick Taylor le jouer pour la première fois à Hyde Park le 5 juillet 1969, et je n’ai pas vu Ron Wood le jouer à l’Olympia de Paris le 11 juillet 2003 (mais le dvd Four Flicks existe).

Décembre 68. Mais les Américains le connaissaient depuis août, car c’était la face B du single “Street Fighting Man”

Print Friendly, PDF & Email
Article recommandé pour vous :  The Weaver's Answer, Family