Ce n’est qu’en 2015 que j’ai découvert ce groupe de Boston (Ma), avec leur second album, Birds Say, sur lequel figure cette délicieuse chanson, « The Ancestor ». Mais Darlingside m’a semblé si intéressant, avec sa science des harmonies vocales héritée de Crosby, Stills & Nash*, que j’ai fouillé un peu leur discographie, pour m’apercevoir que « The Ancestor » avait été publié une première fois sur leur premier album de 2012, Pilot Machines.

La version de 2015 est moins orchestrée, plus acoustique, et c’est celle que vous retrouverez dans la vidéo ci-jointe ; mais à ce propos, recherchez la vidéo qui accompagnait la version de 2012 ; il s’agit d’un adorable petit film d’animation que je vous recommande vivement. Comme souvent dans la musique que je mets en avant dans ce blog, la mélodie est d’une simplicité enfantine, et se voit progressivement enrichie par les arrangements, et, en particulier, un travail remarquable sur l’harmonisation vocale qui m’a conduit, ci-dessus, à les considérer comme des héritiers plausibles de CSN&Y.

Darlingside est donc un quatuor** bostonien composé de Don Mitchell, Harris Paseltiner, David Senft et Auyon Mukharji. Que ce soit en formation purement acoustique, ou avec des instruments électriques ou électroniques, Darlingside reste toujours du côté de la tradition, de ce qui fait la beauté et la grandeur du folk américain, ou plutôt du folk-rock, dont les bases ont été posées par tous ces groupes que je ne cesse de citer dans ce blog, tous ces musiciens des 60’s et des 70’s qui habitaient à Laurel Canyon, et dont le talent et la créativité continuent à irriguer ce qui se fait de plus remarquable dans la musique d’aujourd’hui. Cependant, Darlingside a une personnalité bien à lui, non seulement par ce mariage réussi d’instruments acoustiques et électriques ou électroniques, par cette alchimie unique des quatre voix mêlées et qui s’harmonisent délicieusement, mais aussi par ce parti pris, tant en studio que sur scène, d’utiliser un microphone unique***. Le placement différent des quatre musiciens en fonction de leur rôle dans chaque chanson est, à lui tout seul, un petit spectacle.

[amazon_link asins=’B008KPOEI6,B008KPO9O0′ template=’ProductCarousel’ store=’cahierdecriti-21′ marketplace=’FR’ link_id=’e447c692-a25c-11e8-b9f9-a7a8815eabf9′]

*Essayez de trouver sur YouTube leur très belle version du « Woodstock » de Joni Mitchell, avec Heather Maloney.

**Je vois, sur certaines vidéos, que le quintet s’est transformé en quatuor, mais je n’ai pas trop d’informations sur cette décroissance.

***Il s’agit du modèle « Louise » de Ear Trumpet Labs, fabriqué entièrement à la main.

Print Friendly, PDF & Email