C’est l’histoire d’un disque qui n’a jamais existé. À St Louis, dans le Missouri, une bande de gamins, totalement obnubilés par les Beatles, forment, en 1966, un groupe autour de Tom Hartman, 14 ans à l’époque ! Ils répètent, donnent des concerts, écrivent des chansons, très inspirées des Fab Four. L’année d’après, la mère de Tom les pousse à enregistrer une composition de ce dernier, « World Of You ». Capitol Records est intéressé, mais, toujours avec le soutien de sa mère, Tom décide que le groupe ira enregistrer son album à Londres dans les studios d’EMI, autrement dit à Abbey Road. Le groupe, toujours flanqué de la mère de Tom, débarque donc à Londres en 1968, signe un contrat, joue dans un club, puis revient à St Louis pour enfin retourner à Londres pour enregistrer, en mars 1969. Ils y restent presque 4 mois, et enregistrent un album, produit par Norman Smith, avec Alan Parsons comme ingénieur. Leur guitariste revient prématurément aux USA et la majeure partie du disque sera l’œuvre d’un trio. Progressivement, Tom Hartman endosse le rôle de producteur de cet album qui s’appellera Resurrection. Ils reviennent chez eux, prévoyant de retourner en Angleterre pour la sortie du disque.

Parlophone, ayant eu vent qu’ils avaient perdu leur guitariste, et qu’ils étaient également lâchés par leur batteur, décide alors de ne pas sortir Resurrection, et seul « World Of You » est édité en « single » en septembre 1969.

Hartman, qui fit par la suite une carrière de musicien pour la télévision, pense que son meilleur souvenir n’est pas d’avoir enregistré Resurrection, mais bien d’avoir rencontré les Beatles à Abbey Road, ainsi que les Hollies, les Moody Blues, Jimi Hendrix…

C’est en 2003 que RPM Records éditera, pour la première fois, Resurrection, le cd que j’ai entre les mains, seul souvenir de l’amour éperdu de quelques jeunes Américains pour la musique des Beatles.

Print Friendly, PDF & Email