Parfois, je me dis que je suis le seul admirateur français de Dan Carney. Ou, peut-être, le seul au monde, ce qui reste improbable, car on finit par trouver ses disques (en téléchargement, uniquement).

Dan Carney était la pièce majeure d’un groupe aujourd’hui disparu, Dark Captain Light Captain, qui a ensuite simplifié son nom en Dark Captain. Miracle Kicker (2008) de DCLC est déjà une révélation éblouissante du talent de ces Londoniens, avec cette pop douce et lumineuse, que venait confirmer le Dead Legs & Alibis (2011) de Dark Captain. Mais ces chorales légères, malgré un succès d’estime, n’étaient pas en phase avec la lourdeur de l’air du temps, et c’est la raison pour laquelle on a retrouvé le chanteur-guitariste Dan Carney, se cachant vite derrière le nom pluriel d’Astronauts. On s’est aperçu, à cette occasion, qu’il y avait une parfaite continuité entre les groupes précédents et Astronauts, ce qui confirmait que Dan en était l’âme.

Hollow Ponds est ainsi le premier album de Carney, et il porte le nom d’un lieu-dit, dans la forêt d’Epping, où il vit et où il fut hospitalisé, à la suite d’une mauvaise fracture de jambe. La solitude et la morphine ont contribué à faire naître ces chansons, un peu plus acoustiques que ce qu’il pouvait faire avec ses groupes précédents, mais tout aussi délicates et fragiles. Il faut également dire que Dan Carney est titulaire d’un doctorat en Psychologie et qu’il a publié un certain nombre d’articles à propos des troubles cognitifs et des troubles de la mémoire dans certaines maladies génétiques, comme le Syndrome de Williams-Beuren, ou la trisomie 21.

Article recommandé pour vous :  Gloria, Them

Mais revenons à “Hollow Ponds”, la chanson qui donne son titre à cet album. C’est le mariage idéal d’une électronique douce, gentille, humaine, et d’un piano très laconique, d’un violoncelle (Nicole Robson), d’une guitare acoustique, d’une basse électrique (Michael Cranny, ancien de Dark Captain) et d’une batterie très discrète, recouverts du fin nappage de la voix de Dan. Une très jolie modulation annonce le refrain, et je peux vous assurer que tout le disque est à l’avenant. C’est la raison pour laquelle je finirai avec une exhortation militante : Soutenez Astronauts ! Ne laissez pas Dan Carney sans auditeurs ! Permettez-lui de continuer sa démarche artistique sans avoir à se casser l’autre jambe ! Achetez ses disques en les téléchargeant sur des plateformes légales ! Parlez-en autour de vous ! Laissez la beauté infuser ce monde !

Print Friendly, PDF & Email