Quel titre ! « It’s Nice To Be Nice » C’est sympa d’être sympa, selon une traduction toute personnelle, et toutes les paroles sont à l’avenant. Peut-être n’ai-je pas perçu une ironie qui viendrait altérer cette affirmation, dont l’idéalisme rafraîchissant mais démodé tranche à ce point avec tout ce qu’on peut entendre, par ailleurs ?

Mais il est vrai que la chanson fait du bien, et pas seulement grâce à son texte, dans la mesure où la musique est à l’image de celui-ci.

Le groupe irlandais (de Dublin), Pugwash est le nom sous lequel travaille Thomas Walsh, entouré de musiciens divers et variés, mais à l’époque de Jollity, le 3ème album, sur lequel on trouve « It’s Nice To Be Nice », Walsh avait réussi à obtenir la collaboration de musiciens qui me sont chers, et en particulier Eric Matthews, Dave Gregory et Andy Partridge. Il n’est donc pas étonnant que les influences de Thomas Walsh soient à rechercher chez ces artistes, et l’écoute de cette chanson évoque très facilement XTC et les Beatles (mais pourquoi pas The Kinks ou The Move, The Beach Boys ou ELO ?). Il va sans dire qu’en dehors de l’Irlande, Pugwash est scandaleusement méconnu (je ne parle pas de la France où il est carrément inconnu) alors, qu’à ce jour, Thomas Walsh continue son travail, et est à la tête d’une discographie qui compte sept albums ─ quelques collaborations avec Neil Hannon de The Divine Comedy, et un album en 2017 où il travaille en compagnie de Jason Falkner, ancien de Jellyfish ─ qui sont tous très recommandables. Si vous recherchez seulement une bonne introduction à Pugwash, vous pourriez vous procurer l’excellente compilation A Rose In A Garden Of Weeds (sur laquelle on trouve, d’ailleurs, « It’s Nice To Be Nice »).

Print Friendly, PDF & Email