La pédagogie étant une incessante répétition, je suis amené à commencer cette chronique de la même façon que je le faisais pour une chanson de Electric Music aka*. Quel émerveillement de découvrir une chanson exceptionnelle et inoubliable sur le 1er disque d’un jeune groupe, jusqu’alors inconnu !

C’est comme si j’étais un entomologiste découvrant une nouvelle espèce de libellule, ou un astronome apercevant la lumière d’une étoile non répertoriée.**

C’est, je l’ai déjà dit, la seule justification de mes petits travaux d’écriture, dénicher des miracles, les porter à votre connaissance.

Et voilà donc ce « Lost In Stereo », découvert sur le 1er album*** de ce groupe de Brighton, formé par Tom Marsh, auteur, compositeur, interprète, secondé par Rob Dingle, Daniel Ladd, et la très jolie voix d’Astra Forward.

Un piano, puis des arpèges de guitare introduisent les voix mêlées de Tom et d’Astra, et les soutiennent, tout le temps que se déploie une mélodie comme je les affectionne, simple, enfantine, évidente, et creusant un sillon profond dans votre mémoire.

Je n’ai pas regardé les paroles, ni tenté de saisir leur signification, mais j’ai longuement regardé la pochette de « The Robot Heart » qui montre une montgolfière rouge s’élevant vers un glorieux Soleil, et je n’ai pas eu besoin d’autre chose pour comprendre le propos de Tom Marsh et de ses amis.

____________________

*voir ma chronique de « If The Good Times Are Killing Me »

**car il m’est arrivé de découvrir des splendeurs d’artistes depuis longtemps disparus.

***Il semble que cette chanson ait déjà été publiée sur un 1er EP du groupe, que je n’ai pas écouté.

 

Print Friendly, PDF & Email