La maison de disques britannique Sarah Records hébergea, entre 1987 et 1991 un groupe pop essentiel, en tout cas un groupe essentiel pour tous les adolescents frappés au cœur par un spleen et une langueur bien compréhensibles, en raison de leur âge. J’étais, depuis longtemps, sorti de cette adolescence, mais j’avais été charmé par le talent et la vision de Bobby Wratten, co-leader du groupe londonien The Field Mice, puisque c’est d’eux dont il s’agit.

Bobby avait ensuite formé l’éphémère Northern Picture Library, puis, en 1996, Trembling Blue Stars, après sa séparation artistique et sentimentale avec Annemari Davies, chanteuse de Field Mice.

Trembling Blue Stars* est à la tête d’une œuvre assez considérable**, mais je crois que ce The Last Holy Writer, leur sixième, est également leur meilleur. En tout cas, j’adore cette chanson, « November Starlings », assez proche de l’esprit Field Mice, chantée par Bobby, en compagnie de Beth Arzy, l’Américaine du groupe.

Tout est léger, transparent, dans cette musique ; l’électronique est délicate, la batterie, discrète, la basse, bien ronde, les synthétiseurs, aériens, et les guitares électriques font tout pour que leurs arpèges ressemblent à ceux des guitares acoustiques. Si c’était de la peinture, il s’agirait d’aquarelle, et le fait que TBS ait toujours employé le même producteur, Ian Catt, y est sans doute pour quelque chose.

Et je me faisais la réflexion que cette pop « intimiste » n’existe plus. Aujourd’hui, les adolescents écoutent du rap***, et cette expression d’affects mélancoliques**** n’est plus vraiment en phase avec le fracas du monde.

*dont le nom a été inspiré à Bobby par une lecture d’Histoire d’O-Pauline Réage (1954-éditions Pauvert).

**Sept albums de 1996 à 2010, mais, désolé, je n’en connais que 2.

***Je ne porte aucun jugement de valeur globalisant sur cette musique, que je connais mal.

****dont les médiocres Belle and Sebastian ont repris le flambeau.

Print Friendly, PDF & Email