Encore « Black Sea », avec cette chanson inaugurale, qui commence par un couplet parlé, enregistré comme s’il s’agissait d’un vieux 78 tours.
Un certain nombre d’informations de cette chronique ont été piochées dans l’interview qu’Andy Partridge a donnée en février 2007, à Todd Bernhardt, et qui a été publiée dans leur ouvrage commun, « Complicated Game » (jawbone book).
Andy nous y raconte que cette respectable street, peuplée de gens de la middle class, hypocrites, curieux, médisants, puritains, c’est Bowood Road, à Swindon, ville qu’il habite encore, aujourd’hui.
Le morceau, comme tous les autres de Black Sea, produit par Steve Lillywhite, et enregistré par Hugh Padgham aux studios Townhouse présente une production qui accentue la dureté du son, caractérisé en particulier par l’effet de compression appliqué à la batterie. Toutes les 80’s seront marquées par ce son particulier.
Cependant, ce morceau qui représentait un single évident ne fut jamais diffusé par la BBC. XTC se décida à enregistrer une version dite « clean », en remplaçant « abortion » par « absorption » et « contraception » par « child prevention ». Mais la BBC n’en voulut toujours pas. Pourtant, Andy soutient que le mix de cette version single (qu’on retrouve sur la compilation « Rag & Bone Buffet ») est bien supérieur au mix original de l’album. En fait, ce dont la BBC ne voulait pas, c’est la ligne « Sony entertainment centres », les publicités pour des marques étant bannies, dans les chansons.

Print Friendly, PDF & Email