Ce Treasury Library Canada est tellement charmant ─ et c’est la même chose pour les 4 ou 5 autres albums de Woodpigeon que je connais ─ que je ne vais pas résister au plaisir de vous présenter une troisième chanson de cet album.

D’autant que la chanson commence, ce n’est pas banal, par des cors, lesquels précèdent l’entrée de la douce voix de Mark Andrew Hamilton sur un picking de guitare. La parenté de sa voix avec celle de Sam Beam (d’Iron & Wine) est assez étonnante. Mais bientôt cette petite ballade est transfigurée par la science des arrangements de son auteur. C’est ainsi qu’une voix féminine vient harmoniser à côté de Mark Andrew, rejointe par les cors ; cela donne une ampleur étonnante à « 7th Fret Over Andres », qui, par ailleurs bénéficie d’une évidente mélodie, dont vous savez depuis longtemps qu’il s’agit, pour moi, de l’indispensable colonne vertébrale d’une chanson.

Print Friendly, PDF & Email