Quand Todd Rundgren est aux commandes, pour produire un album, sa marque s’impose d’une façon indiscutable. On l’a vu avec nos amis anglais de XTC, lorsque j’ai évoqué deux titres* de l’album Skylarking, mais on aurait pu dire la même chose avec le Remote Control des Tubes ou Straight Up de Badfinger, etc.

En tout cas, c’est bien lui qui produisit le quatrième album du Patti Smith Group**, Wave, j’aurais presque envie de dire le dernier, puisque le groupe se sépara peu après permettant à Patti de devenir une honorable épouse et mère de famille. Un peu mal-aimé par la critique et par les fans de la première heure, il voit Patti évoluer de sa posture de furie punk vers une position de prêtresse pop nettement plus convenable, prélude à son retour artistique de l’année 1988 (Dream Of Life) et surtout de 1994, suite aux évènements dramatiques qui se sont succédés cette année-là, dont son veuvage.

Et, en effet, la chanson qui ouvre le disque, « Frederick » est une déclaration d’amour à l’ancien guitariste du MC5, Fred « Sonic » Smith, qui deviendra son mari, et le père de ses deux enfants. Il s’agit d’une belle chanson, témoignant de l’influence que pouvait avoir Bruce Springsteen sur Patti Smith ; elle fut d’ailleurs choisie comme single, lequel se vendit très bien. Mais le temps de « Gloria » et de l’album Horses (1975) était déjà loin, et vous ne pourrez pas m’empêcher d’avoir un peu plus d’estime pour ce temps-là.

*Voir « Another Satellite » et « Earn Enough for Us ».

**Outre Patti, Lenny Kaye à la guitare, Richard Sohl au piano, Ivan Kral à la basse et Jay Dee Daugherty à la batterie.

Print Friendly, PDF & Email