Encore un exemple du talent particulier de Joan Armatrading pour écrire une chanson, mais également du talent non moins grand de Pam Nestor pour en écrire les paroles.

L’influence d’Elton John transparait très nettement dans cette œuvre de jeunesse, affirmation d’autant plus simple à énoncer que ce sont, en effet, deux musiciens d’Elton John, Davey Johnstone à la guitare, et Ray Cooper aux percussions, qui participent à l’enregistrement.

On m’objectera que j’ai beaucoup insisté sur ce premier album de Joan Armatrading, « Whatever’s For Us », assez peu représentatif du travail ultérieur de l’artiste, mais c’est justement cette matière assez brute qui lui donne un caractère touchant et authentique que n’auront plus les albums plus tardifs. Et j’ai toujours trouvé assez déplaisant le sort fait à la pauvre Pam Nestor, dont l’apport à cet album est considérable, et qui en a été exclue, « à la mode soviétique ». Ceux à qui cette expression ne dit pas grand chose se reporteront à l’article WikiPédia sur Pam Nestor, et constateront avec satisfaction que Pam a soutenu une thèse de doctorat en Littérature Moderne, ces dernières années.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email