Les années 60 sont terminées, et avec l’album “Open Road” ( 8ème album studio) sur lequel figure ce splendide Roots Of Oak, commence le déclin commercial de Donovan.
Et pourtant ce n’était pas faute, pour Donovan, de tenter de se renouveler, en n’étant plus, tout d’abord, que le chanteur-guitariste d’un groupe dénommé Open Road, qui comprenait Mike Thomson à la guitare et à la basse, et John Carr à la batterie, en électrifiant sa guitare, en étant l’un des producteurs de son disque, et en posant les jalons d’un style musical qu’il définissait comme du Celtic Rock.
Roots Of Oak célèbre la beauté de l’Ecosse natale du chanteur, dans le registre qui est le sien, qu’on a parfois pu décrire comme obscur et naïf, mais que je préfère appeler impressionniste, car Donovan n’est pas un raconteur d’histoires, mais un peintre, sensible aux formes et à la lumière, se désintéressant des “faits” et de la “logique”, et recherchant dans ce voyage écossais les “légendes” et la “magie”.
Les chœurs, assurés par les trois musiciens, s’attachent à évoquer cette ambiance mystérieuse, soulignée par une très belle 12-cordes. Le refrain propose une rupture de tempo et de rythme inspirée de la musique celtique. Une réussite totale qui ne fait que me conforter dans mon opinion que Donovan est l’un des artistes majeurs du XXème siècle.

Print Friendly, PDF & Email