C’est pendant un voyage dans l’Ouest des USA que je me suis procuré ce premier album de Broken Twin, May.

J’ai dégoté ça en Amérique, alors qu’il n’y a pas plus européen que cet album ! Elle l’a nommé May, alors que c’est lumineux et glacial comme une nuit de février ! La chanson s’appelle « No Darkness », alors qu’elle devrait s’appeler « Maximum Darkness » ! Bref c’est l’album des paradoxes, et ça n’en est pas moins magnifique.

Broken Twin est le nom sous lequel aimerait se faire connaître la Danoise de Copenhague Majke Voss Romme, qui compose, chante, joue du piano, programme.

May, produit par Jesper Majdall, est splendide de bout en bout, c’est l’un des grands albums de 2014. Regardez la vidéo qui illustre la chanson qui finit l’album, « No Darkness ». Étrange, n’est-ce-pas ? Majke est secondée par Rolf Hausen aux guitares, Jeppe Skovbakke à la basse. Davide Rossi s’occupe des arrangements de cordes.

Majke possède une très intéressante voix alto, avec un vibrato riche. Les tempos sont lents, certains diraient funèbres, avec un petit ricanement. Ce qui me permet d’oser la remarque suivante : certains artistes choisissent de s’exprimer d’une certaine façon, laquelle risque de déplaire au plus grand monde. C’est leur honneur de persister dans la voie qu’ils ont choisie, et surtout de ne rien faire pour tenter de plaire ; ils y perdent leur âme et leur statut d’artiste. Je ne pense pas que ça risque d’arriver à Majke, mais je suis, cependant, un peu inquiet : depuis la sortie de May, et à part quelques rares concerts, on n’a pas beaucoup entendu parler de Broken Twin. Il serait dommage de perdre une artiste aussi précieuse.

Print Friendly, PDF & Email